Retour sur le Cold Winter Challenge 2020 (Partie 2)

À quelques heures de l’arrivée officielle du printemps, me voici avec la partie 2 de mon retour sur le Cold Winter Challenge pour bien clore la saison froide! Je présente aujourd’hui mon avis sur les cinq livres que j’ai lu durant les mois de janvier et de février 2021.

Cold Winter Challenge

5. Encabanée, Gabrielle Filteau-Chiba

Menu Marcher ensemble dans la neige; Catégorie Rennes du père Noël : Lire un livre dans lequel on met les animaux, la nature et l’écologie à l’honneur. 

Encabanée N. éd., FILTEAU-CHIBA, GABRIELLE © XYZ 2020
Encabanée N. éd., FILTEAU-CHIBA, GABRIELLE © XYZ 2020

Dans ce court récit initiatique, Anouk choisit de s’encabanée loin de la ville, loin du système, loin du monde. Elle se retrouve à passer l’hiver dans un minuscule refuge au creux des bois de Kamouraska et à œuvrer pour sa survie. Dans son carnet de bord, elle raconte ses peurs, ses difficultés, ses espoirs et ses choix.

  Ce que j’en ai pensé

Tout me plaisait au début. Le style d’écriture, l’histoire, le personnage féminin indépendant et débrouillard… jusqu’à ce que l’histoire prenne une tournure qui m’a laissée de glace. J’ai trouvé l’événement en question sortit de nulle part, forcé et, en même temps, trop facile (voire cliché). J’ai été déçue, mais je crois que, pour le style d’écriture qui était impressionnant pour un premier roman, il vaut la peine d’être lu.

  Ma note (/5)

  Ma note en tasse de théMa note en tasse de théMa note en tasse de thé

6. Carol, Patricia Highsmith

Menu Magie de Noël; Catégorie Under the mistletoe : Lire une romance ou un livre qui fait du bien et qui se passe à Noël, durant l’Avent ou au jour de l’An. 

Carol N. éd., HIGHSMITH, PATRICIA © CALMANN-LEVY 2013
Carol N. éd., HIGHSMITH, PATRICIA © CALMANN-LEVY 2013

Depuis ce moment où ses yeux se sont posés sur l’élégante inconnue blonde au magasin, Therese ne vit plus que pour la connaître. Au fil des rencontres qui se succèdent, son obsession envers elle grandit de jour en jour. Serait-ce cela être amoureuse? Est-ce même possible? Et comment saurait-elle si Carol est amoureuse d’elle en retour? C’est lors d’un voyage qu’elles feront ensemble pour fuir les difficultés d’un divorce qu’elles découvriront ce qui les unis.

  Ce que j’en ai pensé

Personnellement, j’ai trouvé que la première partie traînait en longueur. C’est probablement parce que la personnalité de la protagoniste ne me rejoignait pas du tout. Je la trouvais ennuyeuse, insipide. À partir de la deuxième moitié, l’histoire a commencé à s’enchaîner plus vite et j’ai pu apprécier davantage les péripéties, même si la relation qui s’installait entre les personnages ne me plaisait pas particulièrement. Je trouvais dommage de dépeindre une relation amoureuse entre femmes de façon aussi toxique. Malgré tout, c’était très intéressant de lire sur le contexte de publication de ce roman… en 1952!

  Ma note (/5)

Ma note en tasse de théMa note en tasse de théMa note en tasse de thé

7. Croc fendu, Tanya Tagaq

Menu Marcher ensemble dans la neige; Catégorie Aurore boréale : Lire un livre d’aventure, de périple ou de voyage. 

Croc fendu, TAGAQ, TANYA © ALTO 2020
Croc fendu, TAGAQ, TANYA © ALTO 2020

Dans ce récit aux intermèdes poétiques, on suit l’évolution d’une jeune Inuite qui grandit au Nunavut dans les années 1970. À travers ses expériences d’adolescente et les épreuves douloureuses, elle se sent de plus en plus connectée avec les éléments de la nature, comme si une puissance surnaturelle les liait. Cette puissance ne connaît pas la forme ni la morale de la civilisation humaine. Elle agit selon des codes impénétrables et déconcertants. La protagoniste parfois hypnotisée, parfois de son plein gré, se laisse guider par cette force indicible. Elle a confiance en elle et se sent habitée par elle, surtout lorsqu’elle s’allonge sous les aurores boréales.

  Ce que j’en ai pensé

Dès les premières pages, mon cœur s’est rompu en deux. Des atrocités racontées par une voix d’enfant pour qui c’est la normalité du quotidien, c’est dur à lire. Même si le roman est court, il m’a pris une éternité à passer au travers, car la charge émotive était trop forte. Et pourtant, il y avait du beau aussi. L’auteure réussissait à me surprendre chaque fois que je tournais une page. C’est ce qui m’aidait à reprendre le livre quelques jours plus tard. J’avais le goût de découvrir la suite, même s’il y a plein de choses que je n’ai pas comprises et d’autres qui me rendaient mal à l’aise. Autant, j’ai adoré ce roman, autant je l’ai détesté. C’était vraiment particulier!

  Ma note (/5)

Ma note en tasse de théMa note en tasse de théMa note en tasse de thé

8. La classe neige, Emmanuel Carrère

Menu Hiver obscur; Catégorie Frissonner sous un plaid : Lire un livre d’horreur, un thriller ou un suspense. 

La Classe de neige, CARRERE, EMMANUEL © GALLIMARD 1998
La Classe de neige, CARRERE, EMMANUEL © GALLIMARD 1998

Nicolas, petit garçon très timide, quitte pour la première fois le nid familial pour passer une dizaine de jours en classe neige. Son père préfère aller le porter plutôt que de le laisser prendre l’autobus avec les autres enfants. Or, malgré cet arrangement, les ennuis commencent dès la première journée. C’est alors le début d’une semaine interminable qui tournera au cauchemar, car une menace plane sur Nicolas. Il le sait.

  Ce que j’en ai pensé

J’ai beaucoup aimé ce thriller. Au départ, j’étais très effrayée, car je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec un enfant comme personnage principal. Tout compte fait, j’ai beaucoup aimé le déroulement de l’histoire qui m’a paru très réaliste et qui m’a tenu en haleine! Je ne crois pas être une grande lectrice de thriller, mais il me semble que celui-là sortait de l’ordinaire. J’ai bien aimé la narration et l’ambiance dans laquelle elle nous plonge. C’était déroutant!

  Ma note (/5)

Ma note en tasse de théMa note en tasse de théMa note en tasse de théMa note en tasse de thé

9. L’hiver de force, Réjean Ducharme

Menu Hiver obscur; Catégorie Nuit du solstice : Lire un livre de moins de 300 pages. 

L'Hiver de force, DUCHARME, REJEAN © GALLIMARD 1985
L’Hiver de force, DUCHARME, REJEAN © GALLIMARD 1985

Dans un monde qui les rejette, André et Nicole choisissent de s’exclure pour de bon. Ils s’enferment dans leur appartement minable pour se protéger, car derrière leurs grands discours nihilistes, se cachent deux êtres fragiles et brisés. Ils passent leur temps à boire, à fumer, à regarder la télévision, à dormir et… à lire Flore laurentienne du frère Marie-Victorin. Pour se nourrir, ils effectuent des contrats de correction d’épreuves qui se font de plus en plus rares, car ils les acceptent autant qu’ils les déclinent selon leur état d’esprit du moment. Lors d’une rare sortie nocturne dans les rues de Montréal, ils font la rencontre d’une actrice pour qui tous deux éprouvent dès les premiers instants un amour inconditionnel. Dès lors, leur projet de rester enfermés ne tient plus la route, puisqu’ils attendent impatiemment les appels de cette dernière pour accourir chez elle à la moindre occasion.

  Ce que j’en ai pensé

Il s’agit assurément du roman au style le plus travaillé et abouti que j’ai pu lire jusqu’à présent. J’ai été transportée par cette écriture imagée, phonétique et ludique! Par contre, si le style tient d’un coup de génie, le reste est discutable en ce qui me concerne, car le sens de l’histoire est difficilement explicable et les personnages ainsi que leurs actions ont présenté peu d’intérêt pour moi. Beaucoup de choses graves sont rapportées sur un ton négligeant et ironique, ce qui me rendait souvent mal à l’aise : misogynie, misogynie internalisée, alcoolisme, relations toxiques, racisme, élitisme, inceste, violence verbale et physique, etc. C’est à lire petites doses!

  Ma note (/5)

Ma note en tasse de théMa note en tasse de théMa note en tasse de thé

 

Enfin, il semble que les livres inclus dans cette deuxième partie du Cold Winter Challenge m’aient un peu moins rejointe que ceux de la première partie. Cela explique peut-être pourquoi mon rythme était plus lent qu’au mois de décembre. Malgré tout, j’ai réussi à valider un deuxième menu complet en lisant tous les livres que j’y avais mis : il s’agit du menu « Hiver obscur ». Même si je n’ai pas atteint mon objectif total de 12 livres en quatre menus, je pense que mon résultat est plus qu’acceptable si je considère que j’ai lu d’autres livres en parallèle qui n’entraient pas dans le Cold Winter Challenge. Je suis fière de ce que j’ai accompli!

 

 

* Cet article contient des liens affiliés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s