Le dernier mot – Caroline Roy-Élément et Mathilde Cinq-Mars

De plus en plus, je m’intéresse aux romans graphiques, aux albums et aux bandes-dessinées. Ces lectures souvent un peu plus légères se glissent bien entre deux romans plus volumineux. Il y a quelques mois, j’ai reçu de la part de mon copain mon tout premier roman graphique intitulé Le dernier motde Caroline Roy-Element et de Mathilde Cinq-Mars. Le sujet de ce livre m’a particulièrement touché, car il met en scène un grand-père et un secret.

 

Le dernier mot de Caroline Roy-Élément et Mathilde Cinq-Mars
Le Dernier mot , ROY-ELÉMENT, CAROLINE & CINQ-MARS, MATHILDE
© MECANIQUE GENERALE 2017

 

L’HISTOIRE EN BREF

Dès le début de l’histoire, on nous apprend qu’un grand-père vient d’annoncer lors d’une réunion de famille qu’il ne sait ni lire ni écrire. Onde de choc autour de la table : ses enfants et ses petits-enfants, tous lettrés et éduqués, ne se sont jamais doutés de ce secret. Ses sept enfants, dont leur profession est principalement de jouer avec les mots, réagissent maladroitement et contribuent à alimenter le malaise. Certains le questionnent, d’autres se révoltent, certains ont honte, d’autres gardent leur réflexions pour eux. Comment a-t-il pu offrir le meilleur à sa famille comme il l’a fait malgré son analphabétisme? Comment a-t-il pu travailler comme lettreur à la Iron Ore Company? Est-ce que sa famille l’a vraiment connu?

 

MON AVIS EN QUELQUES POINTS

  • Cette histoire m’a profondément touchée. J’ai toujours admiré mes grands-parents. Ils m’inspirent un respect inébranlable. Je me suis donc beaucoup attachée au grand-père et à la grand-mère du récit qui se sont révélés forts et unis devant cette épreuve.
  • J’ai beaucoup aimé la manière dont a été abordé l’analphabétisme, cette incapacité ou difficulté à lire, à écrire et à compter touchant plus de personnes que nous le croyons même dans les milieux où l’éducation et la scolarité sont valorisées. C’est une prise de position de l’auteure sur ce sujet tabou, mais c’est aussi une prise de conscience pour les lecteurs et les lectrices qui prennent souvent l’éducation pour acquise.
  • Les illustrations sont tout simplement sublimes. Elles mettent en valeur le texte (ou est-ce l’inverse?) et contribuent à nous faire ressentir toutes sortes d’émotions. Parfois, les illustrations emplissent deux pages consécutives à elles seules. Elles sont si puissantes qu’aucun mot n’a besoin d’être ajouté. Elles parlent d’elles-mêmes. Bref, un roman graphique doux et sucré que je pourrais feuilleter sans arrêt.

 

MES CITATIONS FAVORITES

« J’ai lancé un coup d’œil au lustre à pendeloques, aux vêtements propres et bien taillés de mes grands-parents. Ils trônaient sur leur chaise aux accoudoirs usés, chacun à une extrémité de la table massive dressée à l’anglaise, comme toujours. Leur dignité était aussi inébranlable que leur évidente complicité devant l’adversité. »

 

«  De mon point de vue, il avait réussi. Je le prenais comme un exemple, un idéal duquel je devais me rapprocher, auquel je pouvais m’identifier. Car après tout, ne le devais-je pas? N’étais-je pas en partie née de cet homme qui venait d’avouer le plus grand mensonge de sa vie? »

 

MA NOTE



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *